PAROISSES

Retour sur la messe télévisée en direct du 28 janvier

 


Les paroissiens sont à l'heure :5h!





Les servants d'autel (une dizaine) se sont levés à 3h pour être présents, en tenue de service



Les célébrants au petit matin

 

Après une répétition générale aux aurores samedi par tous les intervenants liturgiques  et techniques, la messe télévisée en direct sur France 2 (Guadeloupe 1ère et radio Massabielle) du dimanche 28 janvier (4è dimanche Ordinaire) s’est bien déroulée.





La "grue" permet d'exploiter la grande taille de la nef de St Pierre et St Paul


 

Cette messe en direct du Jour du Seigneur n’est pas prise à la légère et des moyens considérables en terme de caméras, sons, lumière et de réalisation sont mis en œuvre. Tout est calculé et pensé pour que la messe dure environ 55’ et puisse être appréciée et vécue par plus de 600 000 personnes chaque dimanche. De nombreux malades, personnes âgées ou autres, n’auraient plus de lien avec l’Eglise sans cette messe, chaque dimanche de l’année (sans interruption), depuis plus de 70 ans !


De gros moyens pour une diffusion en HD et en direct


 

Dès 4h30 les chorales, servants d’autel, célébrants etc... ainsi que les équipes du JDS et Gpe 1ère sont présents. Les paroissiens souhaitant vivre cette messe sur les bancs arrivent à 5h et sont « briefés » sur l’attitude à avoir (ne pas regarder la caméra ou prendre des photos..), sur le temps de quête ou de communion. Les chorales, avec leurs foulards madras en profitent pour s’échauffer la voix. Et certains passages de la liturgie, comme la procession des offrandes sont répétés. Il faut que le timing soit bon. Même l’homélie de Mgr Riocreux est prévue pour durer 6’ (voir homélie complète ci-dessous)






Le "Ka" a accompagné plusieurs cantiques


 George Louise, l'organiste, d'habitude caché dans son "nid" est sous les projecteurs

 

A 5h45, c’est le direct avec la procession et le chant d’entrée. Dans la foule, nous sommes un peu émus mais chacun veut montrer le meilleur de notre Eglise : une communauté chaleureuse, chatoyante et recueillie à la fois. Le choix des chants est universel et en même temps propre à la Guadeloupe : un peu de créole, et des chants tour à tour joyeux ou priants.


Procession d'entrée à 5h45!


 

Après l’homélie, la prière Universelle se porte vers les victimes des cyclones et de la Sœur Monique-Lucie de St Paul de Chartres, décédée brutalement dernièrement et membre assidu de l’église St Pierre St Paul.


Serge Taret en place pour filmer la procession (rythmée) des offrandes

Une attention particulière s’est portée sur la procession des offrandes. C’est le moment de montrer aux téléspectateurs métropolitains nos spécificités locales : Jacqueline Cachemire-Thole et son groupe « prier avec son corps » ont pu en 2’ montrer la beauté de nos danses, de notre jeunesse, des tenues traditionnelles et des fruits colorés. Des frissons ont parcouru l'assemblée ainsi que les techniciens du JDS en régie, bien qu'habitués, tant ce moment fut magnifique! L'heure matinale n’a pas arrêté les enfants, dont un de 5 ans, présents pour ce moment exceptionnel. Rappelons que la dernière fois que le « Jour du Seigneur » a diffusé une messe en direct en Guadeloupe fut à St Claude, aux Rameaux 2014.










 

Au terme de la célébration nous avons reçu la bénédiction de Mgr Riocreux, qui s'est retiré en procession.


Le présentateur du JDS depuis 5 ans, David Milliat, assisté du Père Eric-Thomas Macé (producteur pour les DomTom du CFRT), ont assuré du début à la fin les commentaires de la messe, depuis la sacritie de l'église.




Les membres du JDS géraient le bon déroulement de cette célébration, en régie, depuis le camion Guadeloupe 1ere, situé à l’arrière de la sacristie. A 7h les différentes équipes paroissiennes, techniques, de Guadeloupe et de métropole se sont retrouvées autour d’un pot.


L'équipe du "Jour du Seigneur" et de "Dieu m'est témoin". Philippe Vayrac (conseiller Messe) remet la bougie des 70 ans du JDS au curé de St Pierre et St Paul


Et les techniciens de Guadeloupe 1ère qui ont fait un formidable boulo
t!!

Ce fut une belle messe pour les téléspectateurs, et pour nous qui avons œuvré à construire ce direct, nous sommes fiers d’avoir donné de la joie aux personnes isolées, et heureux des partages d’amitié et de compétences, créant des liens communautaires bien au-delà de la paroisse de St Pierre St Paul.

Laetitia P (Responsable Com de l'évêché de Guadeloupe)



Le groupe "prier avec mon corps" de Jacqueline; Avec Marie et Frère Eric-Thomas de "Dieu m'est témoin"


 

Homélie de Mgr Riocreux de ce dimanche 28 janvier :

« Aussitôt, le jour du sabbat, Jésus se rendit à la synagogue et enseignait. » (Mc  1,21)
« La renommée de Jésus se   répandit aussitôt partout dans toute la Galilée. » (Mc 1, 28)

A deux reprises, l’évangéliste  Marc  présente l’action de Jésus avec ce mot « aussitôt ». Ce mot revient d’ailleurs 40 fois dans  cet Evangile que nous lisons en cette année.
C’est dire ! Comme si Jésus était en mouvement perpétuel chez lui en Galilée et ensuite à Jérusalem.
Et les foules, les disciples sont frappés et se posent des questions, cette question: «  Mais qui est cet homme Jésus ? »

Et la réponse nous est donnée par un païen au pied de la croix : « Vraiment, cet homme était  Fils de Dieu » (Mc 15,39)

Oui, Jésus enseigne, guérit, console et il se révèle ainsi comme saint, au risque d’être incompris.
 Saint Jérôme, le traducteur et le commentateur de la Bible dit à  propos du passage que nous venons d’entendre :
 « Satan, tu t’imagines que tu sais, mais tu ne sais pas ; ou si tu sais, tu te tais par duplicité.  Car Jésus  n’est pas seulement le Saint de Dieu, mais Dieu Saint » (St Jérôme, 347-420,  commentaire sur l’évangile de Marc).

Et  Jésus, le Dieu saint, le Fils de Dieu,  a suscité un grand mouvement avec ses disciples.
« Aussitôt, laissant leurs filets le suivirent » (Mc  1,18) C’est au début de l’Evangile. Et, au terme « Les apôtres partirent prêcher partout. Le Seigneur agissait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient » (Mc 16,16)
 
Mais direz-vous, l’Evangile c’est une belle histoire,  mais c’était il y a 20 siècles.
Mais l’Evangile  aujourd’hui c’est autre chose.
Et bien non, c’est la même chose.

Tenez, cette semaine, on a  honoré trois grandes figures de sainteté.
Paul l’apôtre par excellence dont on a rappelé la conversion
 François de Sales grand évêque  français au début du 17ème siècle
 et Thomas d’Aquin, le grand théologien du 13ème siècle.
Et je pense aussi à des figures contemporaines : Saint Jean Paul II, pape de 1978 à 2005 et Ste Mère Teresa, apôtre des pauvres en Inde.
Eux aussi ils ont suivi Jésus « aussitôt » dans la foi et la charité. De plus, par leur intelligence, ils ont expliqué l’Evangile pour leur époque et pour tous les temps.
Et  bien sûr, aujourd’hui aussi, des hommes et des femmes suivent Jésus, écoutent son enseignement et le mettent en pratique.
 
L’évêque de Guadeloupe qui vous parle est aussi l’évêque d’iles  paradisiaques : Saint Barthélemy, Saint Martin mais aussi Marie Galante et les Saintes.
Dans ces lieux dont vous avez tous entendu parler, il y a eu en, septembre dernier d’abord le choc  avec les cyclones Irma et Maria.
Puis,  les conséquences. Impressionnant.  J’en ai été le témoin.
Mais il y a eu de suite après, aussitôt, un grand mouvement de   solidarité  et  de générosité.
D’abord entre les populations elles-mêmes.
Ensuite avec ceux qui sont venus aider : pompiers sauveteurs,  médecins et infirmières, militaires, fonctionnaires. Il fallait voir à l’aéroport de l’espérance à Grand Case à St Martin cette activité débordante de centaines de personnes s’activant auprès des personnes éprouvées.
Je l’ai vu de mes propres  yeux et je tiens à  témoigner devant vous paroissiens de Pointe à Pitre et téléspectateurs disséminés à travers le monde..

Je puis témoigner aussi de cet « aussitôt » mis en actes avec ces messages venant de partout, des diocèses, des paroisses, de nombreux groupes d’Antillais, avec  quelques mots : « nous sommes avec vous ».
Cela s’appelle tout simplement la charité en actes et rejoint une belle phrase de St Paul : « Si un membre souffre,  tous les membres partagent sa  souffrance » (1 Co 12,26).
St François de Sales dont je vous parlais a  dit un jour « Le bien ne fait pas  de bruit ».

Vous aussi, comme ami de Jésus et de tous les hommes,  vous pouvez  faire du bien.

Alors, mettez-vous  aussitôt en route cette semaine et soyez ainsi  de vrais  disciples de Jésus !
 
+ Jean-Yves Riocreux, évêque de Basse-Terre et Pointe-à-Pitre



Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...