Billet du dimanche 1

Dimanche 2 avril : 5è dimanche de carême


Dieu nous invite à sortir de nos tombeaux…
Le récit du retour à la vie de Lazare joue dans l’évangile de Jean un rôle similaire à celui de la Transfiguration chez les autres évangélistes. Alors que les menaces s’amplifient à l’égard de Jésus, il s’agit de fortifier la foi des disciples en leur suggérant que la mort n’aura pas le dernier mot. Cette révélation constitue la dernière étape de la catéchèse pré-baptismale. La foi chrétienne est proclamée de façon un peu plus précise : « Je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera ; Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde ».
Marthe témoigne aussi de sa foi en « la résurrection »  de son frère « au dernier jour ». Mais Jésus apporte une totale nouveauté à la foi de Marthe en déclarant : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? ».                C’est à cette vérité que les baptisés adhèrent.
La résurrection du Christ imposera deux bouleversements à la foi juive. D’une part, la résurrection n’est plus reportée à la fin des temps. Les chrétiens baptisés dans sa mort et sa résurrection participent déjà avec lui à la vie divine. Nous ne sommes plus « sous l’emprise de la chair », comme l’écrit Paul aux Romains, mais « sous celle de l’Esprit ». D’autre part, la résurrection qui nous est promise n’est pas un simple retour à la vie comme c’est le cas ici pour Lazare qui mourra à nouveau. Celle dont nous vivons déjà, mais que nous expérimenterons en plénitude à la fin des temps, nous verra totalement libérés du péché et affranchis des limites de la condition humaine. Nous serons totalement « déliés » de toutes les bandelettes qui nous entravent.
Dieu par qui tout existe, tu ne laisses pas mourir en nous la vie que tu nous offres.                                                                  A l’appel de ton Fils, fais-nous sortir des tombeaux où nous enferme le péché et rends-nous accueillants à ta lumière éclatante dès aujourd’hui et pour les siècles des siècles. 
Père Gérard FOUCAN


Questions liturgiques