9eme jour de la neuvaine à N.-D. du Mont Carmel


Le scapulaire remis solennellement à une trentaine de chrétiens engagés dans l’Eglise

La foule nombreuse, venue de toute la Guadeloupe et même de la Caraïbe, n’a pas manqué de « s’égrener » tout au long de la neuvaine ; et en ce 15 juillet pour la messe de 12 h, présidée par le Père Gérard Foucan, curé de Basse-Terre et responsable des vocations et des séminaristes dans le diocèse, assisté du père supérieur du grand séminaire de métropole où sont nos séminaristes, et du père Richard curé de St Luc de Baimbridge, la foule des fidèles emplissant le sanctuaire n’a pas manqué de prier « Marie, source de lumière et de vie »…. Mari tou sa ou yé bèl, Mari tou sa ou fè bèl…   

Trois de nos grands séminaristes étaient présents :  Rémi et Gino qui ont déjà reçu les ordres de l’acolytat et du lectorat , et Johan qui est en chemin… et participaient à la procession avec les nombreux jeunes de chœur, rehaussant ainsi avec la belle chorale du Carmel, cette eucharistie solennelle.

« Je suis grand-mère de onze petits enfants, je participe à la neuvaine activement et dévotement, car je n ‘ai pas les moyens de me rendre à Lourdes, ni dans un lieu marial lointain, mais ici Marie se fait proche de nous, et je prie spécialement aujourd’hui en communauté pour nos séminaristes comme cela nous est demandé, et pour les vocations dans nos familles. » a témoigné Sonia A. (de Gourbeyre), à la sortie.

 


Père Gérard Foucan n’a pas manqué dans son homélie de commenter l’Evangile du jour (« difficile et dure » comme me le faisait remarquer ma voisine de banc durant la messe) : « … qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera… je suis venu apporter le glaive ».  Père Gérard a dit combien dans nos familles « la foi fait problème parfois, et même dispute… parents pas toujours d’accord ensemble… enfants et jeunes qui se sentent déchirés dans leur choix de suivre le catéchisme et de persévérer dans la pratique chrétienne… mais heureusement le rôle de Marie est central dans les sacrements de l’initiation chrétienne… elle a reçu l’Esprit-Saint et nous Le communique pour que nous persévérions et que nous ayons le courage de nous engager. Marie prononce peu de paroles dans l’Evangile, mais à chaque fois : quelle force dans ses paroles !… comme ‘faites tout ce qu’Il vous dira !’  Oui, suivons le Christ, et n’ayons pas peur d’obéir à sa Parole. Oui sans cesse, tournons-nous vers Marie, qu’elle nous aide à aller de l’avant. Et aujourd’hui reprenons à notre compte la dernière phrase de cet Evangile du jour : lorsque Jésus eut terminé les instructions qu’il donnait à ses disciples, il partit de là pour enseigner et proclamer la Parole dans les villes du pays. Alors à son exemple, et à l’exemple de Marie, n’ayons pas peur d’aller « jusqu’aux périphéries » comme nous le demande le pape François, concluait Père Gérard Foucan. »



A la fin de la messe, les pères carmes sont venus remettre le scapulaire solennellement et individuellement à la trentaine de fidèles qui tout au long de la neuvaine a suivi les enseignements avec fidélité et persévérance : « le 16 juillet 1251 Marie apparaît à Simon Stock, présentant le scapulaire qui est donné à l’ordre du Carmel pour le salut éternel… Le pape Léon XIII précisant les conditions du privilège lié au scapulaire : porter le scapulaire, vivre la chasteté selon son état (même dans l’union conjugale elle peut se vivre pour renforcer la fidélité du couple), prier le petit office de la Vierge Marie ou le chapelet » (extrait de « enseignement et homélie pour la neuvaine » de Pascal Gbikpi). Bel engagement qui vient encourager toute la communauté à persévérer dans la foi et la solidarité chrétienne !  « Que Marie m’aide à être fidèle à mon engagement d’aujourd’hui !,  disait une maman récipiendaire pleine d’espérance à la sortie, je sais que je peux compter sur elle, comme sur la prière des sœurs Carmélites, et sur le lien de charité qui nous unit tous ».


Jean-Marie Gauthier
 
Témoignages :

« Aujourd’hui je suis venu à la messe avec ma mère, car je viens de passer le bac que j’ai réussi et je m’interroge sur le sens à donner à ma vie et l’orientation à prendre. » (Raphaël C. – de Capesterre de Marie-Galante)

« Je ne suis jamais allé à Lourdes, aussi je ne manque jamais de venir au moins un jour participer à la neuvaine. Mes parents y sont fidèles. Après avoir eu le Brevet des collèges cette année, je vais entrer en lycée, on va aborder une phase sérieuse des études et des choix. Je dois commencer à réfléchir. Peut-être j’irai au camp proposé ! » (Luca – du Moule)

« Toutes les générations se retrouvent à la neuvaine, et ça donne du tonus de voir qu’on n’est pas tout seul, et que ce n’est pas toujours les mêmes qui se regroupent. » (Jordan,  apprentis dans le bâtiment – de Trois-Rivières)
« Je m’interroge vraiment sur l’appel de Dieu. Ne me ferait-il pas signe de Le suivre. En aurai-je le courage ? Je viens prier pour ça ». (Stéphanie V. – nord Basse-Terre).