Billet du dimanche 1

Dimanche du Bon Pasteur : 3 mai 2020


« Je suis le Bon Pasteur et la Porte »
 Cette parabole est adressée aux pharisiens et aux docteurs de la loi qui ont  failli à leur mission de bergers. Ils n’ont pas pris soin du peuple. Au contraire, ils ont profité pour l’induire en erreur. Ils sont considérés comme des bandits, des voleurs et des escaladeurs. Cependant le Bon Pasteur, quant à lui, prend soin de ses brebis, les protège et les sécurise.

 Aujourd’hui pendant que nous vivons en confinement et que le covid-19 nous rend vulnérable et fragile, il s’avère nécessaire que nous puissions nous tourner vers Jésus le Bon Pasteur par excellence. Il est le médecin de l’âme et du corps. Nous le supplions pour qu’il continue d’agir afin que nous puissions guérir et sortir de ce stress qui dure trop longtemps.

Le Seigneur notre Bon Pasteur nous dévoile aussi qu’il est la « Porte » Il est le passage obligé pour que nous ayons la vie : « Nul ne peut aller vers le Père sans passer par Moi. » Ce qui sous-entend que le Christ est l’unique Médiateur entre nous et le Père. Il est la Porte, nous devons passer par lui pour que Dieu puisse nous faire grâce et nous protège en ces temps difficiles. « Si deux ou trois s’accordent pour demander quelque chose au Père en mon nom, il l’accordera. » Oui, même si le covid-19 nous éloigne mais ou vous êtes à la maison, unissez-vous, mobilisez-vous dans la prière. Car la prière communautaire vaut la peine et finit toujours par arriver aux oreilles de Dieu. Gardons confiance en Jésus-Christ le bon Pasteur et le Portier.

En ce quatrième dimanche du Bon Pasteur, avec l’Église notre Mère nous prions pour les vocations. Nous sommes invités à prier pour tous ceux et celles qui ont une mission particulière dans l’Église et la société. Tout le monde même les non-croyants ont compris l’urgence de la prière en ce moment crucial de l’histoire de l’humanité. Oui, il est de notre devoir tous baptisés et confirmés de laisser résonner les appels du Christ en nous et de les faire résonner aussi près de nos enfants, nos jeunes et nos proches. La culture de l’appel du Christ est nécessaire pour le monde d’aujourd’hui. Nous n’aurons pas un monde meilleur si Jésus-Christ est absent dans nos familles. Il est le seul et  vrai Pasteur qui conduit près de verts pâturages.  

            Nous prions pour que les jeunes se laissent fasciner par son amour. Cet amour qui s’ouvre au partage, à l’entraide et au don. Le plus grand amour, c’est de donner sa vie comme le Christ. Cela passe par un chemin de conversion radicale qui oblige de cesser de penser qu’à sa personne. Quant à nous les aînés dans la foi et nous qui sommes les agents pastoraux, soyons par nos témoignages des transmetteurs des appels du Christ. N’oubliez pas d’évangéliser dans le sens du service, du don de soi et de la générosité pour une Église renouvelée par la puissance du Saint-Esprit.
« Écoute la voix du Seigneur, prête l’oreille de ton cœur….»
Père Antony ETIENNE