Actualités - Dans le diocèse

Retour sur une conférence du congrès charismatique

 

Troisième intervenant de cette première journée du Congrès du Renouveau Charismatique Diocésain, le P. Joseph Simoly avait à conduire l’assistante à considérer tout ce qu’il y a à mettre en œuvre pour vivre le Don de Dieu. Le thème phare de ce 8ème Congrès avait été ouvert par Gilbert Dabady qui s’était appuyé sur son témoignage personnel pour aborder ce don de Dieu qui est à connaitre et à désirer.

Après lui, le P. Akpone avait présenté les 4 étapes de la réception du Don de Dieu dans sa vie et surtout, de tout ce qui peut faire obstacle à la réception de ce Don.


 

Le P. Joseph Simoly pouvait alors expliquer à l’Assemblée que, fils de Dieu, le chrétien reçoit l’Esprit comme Don du Très-Haut. Mais pour ouvrir son auditoire à l’Esprit, comme à son habitude, le P. Simoly a initié un temps de louange qui aura occupé près de la moitié de son intervention. Un peu comme si l’exercice de la louange est en soi le moyen par excellence de s’ouvrir à l’Esprit Saint. Car, comme lors du baptême de Jésus, où l’Esprit de Dieu était descendu sur lui sous la forme d’une colombe, et que le Père avait ainsi confirmé que le Christ est investi de l’Esprit Saint, les disciples à leur tour, ont été « investis de l’Esprit du Père pour être aussi investis de la vérité toute entière et dés lors, agir comme le fils ». Le Fils est présent dans l’Esprit pour donner Sa Force, Sa puissance.
Car, Jésus n’est pas venu sauver des saints mais des pécheurs.
C’est aux pécheurs qu’il vient faire le don de son Esprit et c’est donc chaque baptisé qui reçoit la force de l’Esprit et qui peut proclamer comme David : « Toute ma vie je vais te bénir, lever les mains en invoquant ton nom ».
L’évangile de Mathieu 8, 51 et suivants décrit la puissance de Jésus, puissance manifestée avant sa mort, lorsque des manifestations accompagnant cet instant, mais aussi et surtout, après la résurrection lorsque, l’Ange apparaît pour rouler la pierre et manifester la puissance de Dieu  face à l’effroi des soldats. Un effroi que les femmes qui croient en Jésus, ne peuvent pas ressentir. Car elles sont ouvertes à l’Esprit.
Le P. Simoly peut alors inviter tous les participants à s’ouvrir à l’Esprit pour recevoir sa puissance. Il les invite à lever la tête, à agir par la puissance de l’Esprit de Dieu qui habite en eux. Dés lors, enfant de la Lumière, ils ont à vivre en enfants de la Lumière et qu’ils n’aient peur de rien parce qu’ils agissent par l’Esprit de Dieu : « Brillez ! Soyez joyeux ! Soyez heureux ! Vous n’êtes pas seuls : Jésus est avec vous ! Proclamez Jésus par tout ce que vous avez par tout ce que vous êtes  parce que Dieu vous aime ! Vous êtes des merveilles de Dieu. Vivez au nom de Jésus ! Brillez au Nom de Jésus ! »
Et l’Assemblée peut proclamer après lui : «  Au nom de Jésus, je suis sauvé, je suis libéré, Jésus a triomphé ! Satan a perdu ! Au nom de Jésus ! »


Témoignages sur ces 2 jours de Congrès Charismatique :

« Ce dont je veux témoigner c’est surtout le dimanche matin puisqu’on a été accueilli avec tous les jeunes pour un temps de prières, de chants enthousiastes, et d’enseignement qui m’ont beaucoup éclairé. Il n’est pas facile de vivre sa foi dans ce monde qui nous bouscule beaucoup… et souvent les incertitudes prennent plus de place dans nos questionnements vie que les  lumières de l’Evangile. Alors là, il a été question de notre vie à nous sous le regard de Dieu, et de « comment faire pour ne pas se perdre ! ». J’ai beaucoup aimé. Malheureusement il me fallait aller l’après-midi au Run Trophy encourager mes camarades qui participaient à la course sur la piste de Viard, mais cet enseignement du matin, comme la messe d’ouverture de la veille, m’ont été d’un grand secours ! Merci en tout cas ! Un souhait : que Dieu continue son chemin en nous ! »
Blaise JOHN (1°BAC AERO au LEP de Blanchet)
 
 
« Tout était réconfortant dans ce congrès du Renouveau en Guadeloupe. Mais je retiens la messe de clôture pour dire combien le « chœur d’hommes » de Baillif (avec Joël Gustave-dit-Duflo à la baguette) qui a animé cette messe nous a bousculés et fait chaud au cœur. Des beaux chants bien de chez nous, alliés au thème du congrès, des hommes visiblement pleins de foi et de conviction chantant la gloire de Dieu avec joie et qualité (pas des chants à peu près ! ou de la petite musiquette ! non ! du plein chant !) et la foule unanime reprenant en chœur ! Venir des Saintes et vivre ce moment a été pour nos familles une grande occasion de ressourcement !  Bel exemple d’unité de notre archipel. »
Mme Suzanne R. (les Saintes)
 
 
« Il est toujours plus difficile pour les hommes de se situer dans un congrès comme celui-là. La place des hommes, des pères de familles… les enseignements nous ont aidés, oui, même si parfois nous les hommes on a l’impression d’être la cinquième roue du carrosse ! Un point encore, bravo pour le témoignage d’Huguette O. plein d’émotion ! Courage, foi et espérance suintaient bien dans ses propos. La Samaritaine à la fontaine, ce peut être aussi nous, Samaritain ! »
Georges C. (Saint-Martin)
 
 
« Adorer Jésus Oui, vivre l’Eucharistie Oui… être ensemble pour prier Oui… mais aussi agir ensemble et passer à l’action dans notre vie de tous les jours, dans notre travail, dans nos difficultés de vie en famille… avec nos jeunes quelquefois perdus ! Bondyé ban nou lanmin ! »
Martin V. (père de famille) Marie-Galante

Questions liturgiques

Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

Lire la suite...